Que restera-t-il du PS après la présidentielle ?

Que restera-t-il du PS après la présidentielle ?

Le Parti socialiste pense déjà à l'après-7 mai.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 16 avril 2017 à 14h16

Traversé par d'importantes lignes de fractures et coincé entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, le Parti socialiste (PS) prépare déjà l'après-présidentielle, tiraillé entre sa tendance sociale-libérale et sa tentation d'une gauche rose-rouge-vert.

Que va devenir le PS après l'élection présidentielle ? Risque-t-il l'implosion ou une réconciliation de ses différents courants est-elle envisageable ? Les chances de Benoît Hamon semblant largement compromises - le député des Yvelines est distancé à la 5e place dans les sondages -, les tensions risquent de s'exacerber un peu plus rue de Solférino après le premier tour. Beaucoup de questions seront posées sur la table : "Quelle gauche veut-on construire, avec quel PS ? Passe-t-on un accord avec Macron ou se tourne-t-on vers une gauche plus radicale ? Qui gardera le parti ?", résume un membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon.

LE SCHISME DÉFINITIVEMENT ACTÉ ?

Le score de Benoît Hamon et l'ouverture de la campagne pour les législatives pourraient clarifier le positionnement de chacun et acter d'un schisme définitif au sein du parti fondé en 1905.

À l'image de l'ancien Premier ministre Manuel Valls ou du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, certains poids lourds et élus ont déjà fait leur choix en apportant leur soutien à Emmanuel Macron.

D'autres sont restés fidèles à Benoît Hamon (large vainqueur de la primaire avec 58,65% des voix), approuvant au passage l'accord avec Europe Ecologie-Les Verts (EELV). D'autres encore regrettent de ne pouvoir tendre la main à La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et à ses alliés communistes, en pleine ascension dans les sondages.



"LE PREMIER NIVEAU D'ÉLUS EST EN BOUT DE COURSE"

Mais un grand pan hésite, temporise ou cherche une autre voie, comme les proches de François Hollande qui disent préparer un texte réaffirmant leur identité social-démocrate, tout en se démarquant d'Emmanuel Macron. Selon un ministre, ce tâtonnement est symbolique d'un parti où "chacun ne pense qu'à lui" et où l'on est "en perte de repères", que ce soit sur l'orientation idéologique ou sur les dirigeants qui pourront la défendre. "La recomposition qui va s'opérer après l'élection présidentielle ouvre plein de perspectives", observe un proche de Benoît Hamon. "L'appareil est fatigué. Les militants sont là, loyaux, mais le premier niveau d'élus est en bout de course".

Au PS, ils seront plus de 80 députés sortants - dont des figures élues de longue date comme Claude Bartolone, Jean-Marc Ayrault ou Michel Sapin - à ne pas se représenter à la députation. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve ne briguera pas de nouveau mandat mais pourrait mener tout de même tout de même la bataille des législatives.


En cas d'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée, "la clarification sur la ligne se fera juste après la présidentielle autour de la question : qui va participer à la majorité présidentielle ou non ? Il y a un vrai risque de scission du parti là-dessus", confirme une ministre. Dans cette hypothèse, une frange de députés PS élus en juin pourrait créer un groupe indépendant mais susceptible de nouer des alliances avec En Marche! Une autre partie rejoindrait l'"opposition de gauche", comme l'explique un soutien de Jean-Luc Mélenchon.

"Ce que va dire le PS (Hamon, ndlr) le soir du 23 avril est très important", poursuit-il. "Si c'est Mélenchon (qui gagne), est ce qu'ils viennent avec nous ? Si c'est Macron, est-ce qu'ils seront avec nous dans l'opposition de gauche ? "Pour moi, il faut un rassemblement aux législatives. Il va falloir réfléchir vite, négocier vite, être très clair", insiste ce soutien. "L'hypothèse d'un label commun" avec La France insoumise "n'est pas à exclure", confirme en écho un très proche de Benoît Hamon. "Il faudra cependant résoudre nos divergences sur la question européenne et la politique étrangère", nuance un autre proche du candidat socialiste, en affirmant que "le premier cercle électoral de Jean-Luc Mélenchon n'est pas anti-européen" et qu'une solution est donc envisageable.

L'EXEMPLE DU XVIIIe ARRONDISSEMENT DE PARIS

Sur le terrain, les manœuvres de rapprochement ont commencé. La meilleure illustration se trouve dans la 18e circonscription de Paris où la ministre du Travail Myriam El Khomri, une des figures du quinquennat finissant, a été officiellement investie par le PS pour les législatives. Elle doit cependant affronter la féministe Caroline De Haas, soutenue par le Front de gauche et les écologistes, mais aussi par les militants proches de Benoît Hamon. Les tracts de campagne de Caroline De Haas arborent d'ailleurs la même charte graphique que ceux de Benoît Hamon. Quoi qu'il arrive, ces scenarii entérinent tous l'imminence d'un schisme au sein du parti. Sans trancher qui gardera en héritage l'appellation PS.

Dans ce champ de ruines annoncé, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis cherchent à constituer un "maul" afin de préparer la reconstruction du parti. "Il n'a pas envie de faire péter le PS en commençant à exclure tel ou tel. Il a plutôt intérêt à attendre le plus longtemps possible pour connaître le rapport de force exact qui sortira des législatives", expliquait un élu socialiste au Monde début avril. "Tout peut être imaginé : une nouvelle organisation, un nouveau fonctionnement, voire un nouveau nom", indiquait de son côté un proche du député de Paris. "On est en train de scruter la boule de cristal. Il y a tellement de configurations possibles, on entre dans de l'inédit total", expliquait un autre responsable PS.

 
108 commentaires - Que restera-t-il du PS après la présidentielle ?
  • Un peu de respect pour les gens qui comme moi et ma famille sont socialistes depuis 40 ans et sont perdus , déçus et même tristes . " la fin d'un parti de nigauds " . Et pourtant je ne crois pas être idiote , ai cru à des valeurs respectables qu'hélas des personnes au pouvoir n'ont su ou pu respecter . Fin du PS , fin du LR mais que reste - t 'il ? L'extrême droite qui se réjouit et que je n 'accepterais JAMAIS .Je ne me suis pas battue si longtemps pour la tolérance , l'antiracisme et toutes ces idées qui font d'honneur de la France et que j'ai transmises avec succès à mes enfants pour lire des commentaires si bas .

  • Que restera-t-il du PS mais plus rien est tant mieux ! es ce normal il y a 3 jours 3 petit islamistes radicale prodiguant des menaces a des prêtres lors de la procession a Toulon aujourd'hui des menaces dans une église a Nice par un islamiste qui ont été obligé d'évacuer tout les fidèles pendant la messe et si ont en est là c'est bien a cause du laxisme de la gauche....... je suis dégouté que l'ont ne peut même plus vivre en paix pendant nos fêtes sur notre sol !

  • Ce qu'il en restera...... Un tas d'immondices à mettre à la poubelle..

  • LR c est "rien"
    "rien" qui explose ca fait toujours rien
    Le ps c est quelque chose
    Le ps va exploser
    J espere que Kostas, expert en trahison,sera pulverise ........

  • parti mort avec des élus qui se paient des diplômes, qui ne paient pas leurs impôts, qui embauchent leurs gamines, qui mentent droit dans les yeux....etc ...etc....

    mais qui contrairement à la droite sont condamnés quand ils sont pris (pasqua condamné 12 fois avec sursis)

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]