Pression sur des journalistes : Emmanuel Macron envisage de se séparer de François Bayrou

Pression sur des journalistes : Emmanuel Macron envisage de se séparer de François Bayrou

François Bayrou irrite jusqu'au palais de l'Élysée, croit savoir RTL le 14 juin 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 14 juin 2017 à 11h10

François Bayrou est-il déjà sur un siège éjectable ? Son opposition frontale avec le Premier ministre Édouard Philippe, ainsi que ses plaintes auprès de journalistes enquêtant sur les soupçons d'emplois fictifs au MoDem semblent agacer jusqu'à l'Élysée, croit savoir RTL mercredi 24 juin.

Au centre des tensions, cet appel du garde des Sceaux à la rédaction de Radio France pour évoquer l'enquête menée par un journaliste. Épinglé par ce qui est perçu comme des pressions exercés sur la presse, François Bayrou a également été recadré par Édouard Philippe, qui a estimé que "quand on est ministre, on ne peut pas réagir comme quand on est un simple citoyen." Pas de quoi refroidir l'intéressé, qui a réaffirmé sa liberté de parole : "Chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire, je le dirais."


Une obstination qui irrite Emmanuel Macron, selon RTL.

Si le président n'a pas l'intention d'intervenir dans la bisbille, il suit la situation. Et si François Bayrou devient trop gênant, il n'hésitera pas à se séparer de lui, confie un proche d'Emmanuel Macron. Il aurait même commencé à chercher un remplaçant, selon un autre proche du locataire de l'Élysée. Encore un autre tranche : "François Bayrou fait de la vieille politique", et le président n'aime pas ça.

LE PREMIER COUAC DU QUINQUENNAT

Moins d'un mois après la formation du gouvernement, l'affaire est considérée comme le premier couac du quinquennat. "Le truc est assez simple: quand on est ministre on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen", avait cinglé le Premier ministre. Un recadrage après l'intervention téléphonique de François Bayrou auprès d'un des directeurs de Radio France pour se plaindre, en tant que "citoyen" selon lui, d'appels de ses journalistes à des collaboratrices de son parti, le MoDem.

Mais, François Bayrou ne l'entend pas de cette oreille. "Chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire à des Français, à des responsables, qu'ils soient politiques, qu'ils soient journalistiques, qu'ils soient médiatiques, chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire, je le dirai", a rétorqué le garde des Sceaux en marge d'un déplacement dans le Pas-de-Calais.

Une vingtaine de société des journalistes (SDJ) se sont alarmées mercredi de "signaux extrêmement préoccupants" envoyés par le gouvernement en matière d'"indépendance des médias" et de "protection des sources", visant notamment François Bayrou.

 
425 commentaires - Pression sur des journalistes : Emmanuel Macron envisage de se séparer de François Bayrou
  • Vous croyez savoir et vous vous dites journalistes je suis peiné de votre comportement

  • Un statut de "simple citoyen" est probablement celui qui sied le mieux à MR BAYROU. il avait hérité d'un grand parti; l'UDF et il l'a ramené à un député en 2016 et encore, il s'agit de MR LASSALE qui n'est plus MODEM! Par ailleurs comment imaginer tolérer aux Elus du MODEM; MME DE SARNEZ et MR BAYROU les griefs que l'on a asséné à longueur de semaines au F.N et avant élections. L'Argent de Europe qui n'est autre que l'argent des Contribuables Français ne peut aller à des emplois "Fictifs" hors des activités liées à l'Europe.

    Tous les partis ont eu des avantages avec l'argent européen, on ne cherche pas, sinon on trouve

  • C'est vrai , un ministre et au surplus de la justice ne doit, ne peut pas réagir comme un citoyen ordinaire, mais bon, François Bayrou, nous l'avons bien compris n'est pas un homme ordinaire, et je n'en dirai pas plus, bonne journée à tous

  • Au revoir Bayrou !
    Retourne à ta place...
    Le néant quoi...!

  • Monsieur BAYROU qui jouait sans cesse au moralisateur se permettait de donner des leçons à tous et bien maintenant il est grand temps qu'il trouve la porte de sortie en veste retournée du côté de la doublure comme il le mérite !
    allez hop! hop ! , dehors s'il vous plait Monsieur et la tête basse avec le bonnet d'âne !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]