Présidentielle : Hollande, un soutien embarrassant pour Macron ?

Présidentielle : Hollande, un soutien embarrassant pour Macron ?

François Hollande et Emmanuel Macron le 23 mai 2016 à Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 13 avril 2017 à 09h12

VIDÉO - Alors que le futur ex-président semble multiplier les messages codés en faveur d'Emmanuel Macron, ce dernier assure qu'il y a bien "eu rupture".

À quelques jours du premier tour, François Hollande s'invite finalement dans la campagne. Dans les colonnes du Point jeudi 13 avril, le président adresse une mise en garde voilée contre le vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon, en hausse dans les sondages, pointant le "péril" consistant à regarder "le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte".

Il assure également qu'il "appellera à voter pour un candidat" entre les deux tours de la présidentielle.



"En attendant", sous-entendu pour le premier tour du scrutin, le 23 avril, "je fais confiance à l'intelligence des Français qui veulent qu'une action nouvelle se construise à partir de ce que j'ai fait", déclare-t-il sans citer de nom même si, implicitement, sa préférence va à Emmanuel Macron, son ex-ministre de l'Économie. "Son pari d'être candidat m'a paru pour le moins audacieux", confie-t-il dans les colonnes de l'hebdomadaire.

Plusieurs de ses proches, comme Jean-Yves Le Drian, ont d'ores et déjà choisi, eux, de soutenir officiellement son ancien protégé. Cela n'empêche pas le chef de l'État de lâcher que l'ascension du candidat d'En Marche! à la présidentielle n'est, à ses yeux, que le fruit d'un "concours de circonstances".

"IL FAUT ALLER VERS CEUX QUI SONT PLUTÔT DANS LA SUITE"

"Je considère que la politique a besoin de renouvellement", a-t-il également lâché à un journaliste du Figaro qui l'interrogeait mercredi sur ses confidences au Point. Lors d'un entretien avec des lecteurs de Konbini, diffusé sur Snapchat, François Hollande entretient encore l'ambiguïté. Questionné sur le "conseil" qu'il donnerait à un électeur qui a voté pour lui en 2012, il répond : "Je lui dis qu'il faut continuer. Et que même s'il y a des candidats différents, même s'ils disent qu'ils n'auraient pas forcément fait exactement ça, même s'ils pensent qu'ils peuvent faire davantage demain, il faut aller vers ceux qui sont plutôt dans la suite".



Si le soutien du président à son ancien conseiller est loin d'être officiel, c'est un nouveau coup dur pour le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, en berne dans les sondages. Par ailleurs, dans son entretien au Point, le futur ex-chef de l'État ne manque pas d'épingler les frondeurs, dont l'ancien ministre de l'Éducation et député des Yvelines a fait partie durant le quinquennat. "Quand on est socialiste, on mène une politique sociale démocrate et, quand on est au gouvernement, on veille à être solidaire. Sinon on se tient en dehors du pouvoir, dans l'opposition, en attendant le grand soir..." Et le président d'insister : "Si la gauche socialiste avait agi comme la CFDT (syndicat réformiste passé devant la CGT, ndlr), elle serait dans une meilleure situation aujourd'hui".

MACRON REJETTE SON SOUTIEN

De son coté, Emmanuel Macron se défend de tout contact avec François Hollande. Alors que ses opposants ne cessent de fustiger celui qu'ils considèrent comme "l'héritier" du président socialiste, François Fillon le surnommant même "Emmanuel Hollande", l'ancien banquier a assuré mercredi soir sur BFMTV qu'il n'avait aucune influence sur sa campagne.

Il a affirmé "être incapable de dire" si la sortie de François Hollande, appelant au renouvellement de la classe politique, le concerne. "Cela veut dire qu'il pense à quelqu'un d'autre que lui, c'est pour ça qu'il a décidé de ne pas y aller, et je ne pense pas qu'il ait en tête des gens depuis longtemps dans la vie politique".



"Je ne lui parle pas. (...) J'ai du respect pour l'homme et la fonction, mais il y a eu une rupture quand j'ai quitté le gouvernement, que j'ai monté mon mouvement et que j'ai décidé d'être candidat", a insisté Emmanuel Macron.

 
184 commentaires - Présidentielle : Hollande, un soutien embarrassant pour Macron ?
  • Je pense aux centristes qui se sont rapprochés de Macron et qui y ont cru, ils doivent tomber de haut ?.
    Cependant il n'est pas trop tard pour faire MARCHE ARRIERE et rejoindre la famille qui veut l'alternance et non pas une suite de ce quinquennat désastreux

  • Si Macron est "un sèche cheveux" il n'intéressera pas les chauves... mais, c'est peut-être Darty qui finance sa campagne ?

  • vraiment,ils n,ont honte de rien ces deux-la;ils ont qualifies les francais de sans-dents et d,illettres il faut s,en souvenir et les jeter a la poubelle une fois pour toutes et qu,on en parle plus de ces socialistes millionaires; les 23 avril et le 7 mai on a le pouvoir a nous de decider, soyons courageux cette fois-ci,on sedegonfle pas.

  • Ce n'est pas bien de renier son papa, juste pour faire croire d'ailleurs, pour draguer plus de voies! Quelle indicible démagogie pour satisfaire son incommensurable orgueil. Mais la France, il n'en n'a rien à foutre, seuls les ors de l'Elysée les intéresse lui et sa mère

  • Pas du tout puisque ce sont les deux même , l'un l'original qui a eu comme conseiller puis ministre son clone Macron , on a vue le résultat
    Croire que le changement se fera avec Macron c'est tout simplement croire aux miroirs aux alouettes etc.... , car quoi qu'il en dise , du fait que tout depuis le début a été calculé , millimétré par l'intrigant Hollande il n'en reste pas moins comptable du délabrement de la France

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]