Après la blague douteuse de Macron, l'Élysée regrette une "plaisanterie pas très heureuse"

Après la blague douteuse de Macron, l'Élysée regrette une

Emmanuel Macron le 1er juin lors de sa visite au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d'Etel (Morbihan).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 03 juin 2017 à 16h33

VIDÉO - Une plaisanterie du président au sujet des "kwassa-kwassas" qui amènent "du Comorien" à Mayotte, a suscité de vives réactions.

Premier couac pour Emmanuel Macron. Une vidéo diffusée vendredi soir 1er juin par l'émission "Quotidien" sur TMC montre le nouveau président en train d'échanger avec des officiels, lors d'une visite la veille au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d'Etel (Morbihan).



L'un d'entre eux évoque différents types d'embarcations :"Il y a des tapouilles et des kwassa-kwassa". "Ah non, c'est à Mayotte le kwassa-kwassa", relève alors le chef de l'État. "Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c'est différent", plaisante-t-il. Après un bref silence, il ajoute : "Les tapouilles, c'est les crevettiers".

Petits bateaux de pêche que l'on trouve à Mayotte notamment, les kwassa-kwassas sont également utilisés par les passeurs pour amener des migrants comoriens sur l'île française de l'océan Indien. Des traversées risquées à l'origine de la mort de très nombreuses personnes ces dernières années, ainsi que le montre le montage des équipes de l'émission de Yann Barthès.



DES COMMENTAIRES "DIGNE DE LA FAMILLE LE PEN"

Une séquence qui n'a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux, aussi bien les anonymes que les personnalités politiques.













"Ce n'est pas parce qu'on dit que c'était pour rire qu'on n'a rien dit", a de son côté déclaré à l'AFP le chef de file Les Républicains pour les législatives, François Baroin. "C'était évidemment choquant, encore plus quand on est président", a-t-il jugé, en marge d'un déplacement en Corse.

Le Conseil représentatif des Français d'origine comorienne a lui aussi "condamné avec la plus grande fermeté les déclarations racistes et déshumanisantes du président Macron". "Nous demandons expressément des excuses publiques du président et qu'il prenne sa responsabilité sur la tragédie qui se déroule sous ses yeux", a demandé le président de cette association, Nassurdine Haidari. Selon lui, ces commentaires sont "dignes de la famille Le Pen. Et plus précisément de Jean-Marie Le Pen".

LES "EXCUSES" DE L'ÉLYSÉE

Contactée par le Lab samedi 3 juin, l'équipe de communication de l'Élysée reconnaît une "plaisanterie pas très heureuse" et "malvenue" : "C'est une plaisanterie pas très heureuse sur un sujet grave, dont le président de la République a pleinement conscience et dont il a eu l'occasion de parler durant la campagne présidentielle. C'est complètement regrettable et malvenu." Pas tout à fait les "excuses publiques" exigées par Mme Morano.



Comme le rappelle Le Parisien, le candidat Emmanuel Macron avait effectivement évoqué le sujet durant sa campagne présidentielle, à l'occasion d'un déplacement à Mayotte fin mars. "(Marine Le Pen" a promis qu'il n'y aurait plus d'immigration légale ou illégale, plus de passeurs. Ce qui est impossible, c'est un mensonge éhonté. Qui peut vous promettre qu'il n'y aura pas demain des kwassa-kwassas ? Personne !", avait-il déclaré à l'époque.

Auprès de LCI, la cellule de communication de l'Élysée a également déploré "une plaisanterie pas très fine et malheureuse". L'équipe du président a néanmoins tenu à expliquer que cette blague "ne reflète pas la politique ou la prise de position du Président sur le sujet. Il est difficile de taxer Emmanuel Macron de racisme ou de légèreté. Il a eu l'occasion de s'exprimer sur ces sujets, notamment au cours de la campagne lors de son déplacement à Mayotte. C'est une polémique qui n'a pas lieu d'être. Quant à l'idée qu'il y aurait deux poids deux mesures : la différence c'est que contrairement à certaines autres personnes, Emmanuel Macron a une ligne claire vis-à-vis de l'immigration clandestine et des migrants. Il a par exemple été l'un des premiers à saluer la politique migratoire d'Angela Merkel".

 
482 commentaires - Après la blague douteuse de Macron, l'Élysée regrette une "plaisanterie pas très heureuse"
  • Il est déformé par Hollande

  • il ne va pas falloir donner les pleins pouvoirs a un type pareil lors des legislatives...francais reflechissez apres il sera trop tard ......

  • Comment ça, il a dérapé lui le leader , le champion en climatisation mondiale ! ? Ce n'est pas possible ? !

  • Il faut tout de même mettre les choses au point.
    Les tapouilles sont les embarcations de pêcheurs en Guyane. Ils n'ont pas besoin de transporter des émigrants car ceux-ci traversent directement à Saint-Laurent du Maroni et avec le nouveau pont mis en place à la frontière est.
    A Mayotte les Kwassa-Kwassa sont, théoriquement, des embarcations de pêche. En fait il existe un vaste réseau de passeurs entre Anjouan et le nord de Mayotte qui utilise ces embarcations exactement comme les passeurs en Méditerranée.
    C'est pour cela qu'une station radar a été mise en place pour tenter de les détecter et les moyens nautiques de la gendarmerie renforcés. Le problème est que beaucoup de Comoriens ont la double nationalité. J'ai personnellement connu un député Comorien, musulman, ayant la double nationalité ce qui lui permet d'avoir une de ses femmes à Mamoudzou qui tient une épicerie qui ravitaillait les navires de guerre lors de leur passage. J'ai même acheté un sac de riz qui portait encore l'inscription "Don de la France aux Comores". Désolé d'admettre que notre président n'a pas tort en disant que les Kwassas transportent plus de comoriens que de poissons.

  • C'est un dérapage parfaitement contrôlé. Une fausse "boulette" destinée à récupérer des voix du FN...

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]