Affaires du MoDem : Bayrou a appelé Radio France pour se plaindre d'une enquête

Affaires du MoDem : Bayrou a appelé Radio France pour se plaindre d'une enquête

François Bayrou à l'Elysée le 31 mai 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 09 juin 2017 à 22h30

Il a décroché lui-même son téléphone pour faire part de son mécontentement. Le garde des Sceaux et président du MoDem, François Bayrou, a appelé le directeur de la cellule investigation de Radio France pour se plaindre d'une enquête de la rédaction en cours sur l'emploi présumé de salariés du MoDem sous contrats d'assistants parlementaires européens, révèle Mediapart vendredi 9 juin.



L'appel s'est déroulé le mercredi 7 juin, soit 48 heures avant la diffusion de l'enquête sur les ondes de Radio France.

Selon Mediapart, François Bayrou s'est plaint "en termes assez menaçants". Interrogé ce vendredi, le directeur de la cellule investigation de Radio France, Jacques Monin, confirme avoir été joint par François Bayrou et relate :

"Voici ce qu'il me dit en substance : 'Des gens de chez vous sont en train de téléphoner à des salariés du MoDem, de les harceler de manière inquisitrice, et de jeter le soupçon sur leur probité. C'est inacceptable. Avec mes avocats, nous sommes en train d'étudier d'éventuelles plaintes pour harcèlement.'"

Le journaliste poursuit :

"C'était un coup de téléphone de dix minutes, avec une première phase qui pouvait s'apparenter à une forme d'intimidation, et une seconde phase différente, après ma réponse assez ferme. Pour finir, François Bayrou m'explique ceci : 'Restant président du MoDem, mon rôle est de protéger les salariés du parti qui défilent dans mon bureau en pleurant et qui vivent mal d'être soupçonnés.'"

BAYROU DIT AVOIR APPELÉ EN TANT QUE "CITOYEN"

De son côté, François Bayrou, joint par le site d'information, confirme le coup de téléphone mais présente une version plus apaisée :

"C'est simple, j'ai appelé le responsable de la cellule investigation de Radio France parce que des journalistes appelaient sur leur téléphone personnel des salariés de notre mouvement qui n'avaient aucun lien avec nos députés européens. Ils étaient appelés en dehors de leur lieu de travail, et les journalistes leur demandaient des explications sur leurs fonctions actuelles et passées. Une des salariées est venue dans mon bureau en pleurant, et nombre de cas me sont remontés. J'ai seulement dit au responsable de la cellule investigation que ces salariés vivaient cela comme du harcèlement. Ce n'est pas une menace, ni de l'intimidation. J'ai seulement dit que je trouvais cela choquant."

Et à la question du bien-fondé qu'un ministre (de la Justice en l'occurrence) fasse pression sur la presse dans le cadre d'une enquête portant sur son propre parti politique, François Bayrou explique que "ce n'est pas le ministre de la justice ni le président du MoDem qui a appelé, c'est le citoyen, simplement pour protéger ces jeunes femmes."

Et d'ajouter : "Je défends des gens que je connais bien. Je n'ai pas menacé de porter plainte, et d'ailleurs je ne peux pas porter plainte en tant que garde des Sceaux. Pour le reste, vous le savez bien à Mediapart, je ne fais jamais pression sur les journalistes."

UNE ENQUÊTE OUVERTE

Ce vendredi, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire, cherchant à savoir si le MoDem a salarié des employés en les faisant passer pour des assistants parlementaires européens. Cette enquête préliminaire pour "abus de confiance et recel de ce délit" a été confiée à l'office anticorruption de la police judiciaire, a précisé le parquet dans un communiqué.

Elle fait suite à un signalement, reçu par la justice mercredi, d'un ex-collaborateur du MoDem sur la réalité de son emploi comme assistant parlementaire auprès de l'ancien eurodéputé centriste Jean-Luc Bennahmias.

 
106 commentaires - Affaires du MoDem : Bayrou a appelé Radio France pour se plaindre d'une enquête
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]